J’ai 50 ans et j’en parais 10 de moins !

Voila, c’est le premier « Rouge de colère ! », envers le business des produits de beauté et l’esthétisme coupable de nos confrères.

 

C’est vrai, c’est plus agréable de ne pas avoir de rides, d’avoir une peau ferme qui ne ressemble ni à un agrume, ni à de la tôle ondulée, de montrer la fesse arrogante, le sein haut ou le pectoral musclé, et le ventre plat.

 

Mais pourquoi nous montre-t-on des femmes de 25 ans (et encore) prétendant en avoir 50 et en paraître 40 après 4 semaines de crème de perlin-pinpin ultra-techno ? Des mâles ultra-sportifs qui sont en plus des dieux du bureau ultra-actifs ultra musclés (Je n’ai jamais vu un patron du CAC 40 avec moins de 40 cm de tour de taille en trop) !

 

Pour faire envie et déclencher la frénésie irrépressible d’achat ? J’ai bien peur qu’on ne provoque que la suspicion, la dérision ou plutôt de la frustration de ne jamais atteindre le nirvana promis.

 

Car la promesse, pour être belle n’en est pas moins mensongère. Non pour les résultats hypothétiques du produit, que l’on veut bien mettre à son crédit (ils dépensent tant d’argent pour ça), mais pour le mensonge éhonté du marchand et de sa réclame, sur l’âge de la belle ou du play-boy de 50 ans .

 

Alors soyez plus honnêtes, prenez exemple sur « Dove » et ne prenez pas les consommateurs et les consommatrices pour des sots, ils vous le rendront au centuple, et en plus, vous aurez des clients satisfaits d’eux-mêmes et non perpétuellement désespérés devant leur miroir le matin.

 

C’est mieux pour commencer la journée non ?