Rouge Vif mûrit son modèle

Interview  paru dans « Stratégies » du 28 septembre 2018

En faisant l’acquisition de Blue Okapi et Technoscope, le groupe dirigé par Vincent Baculard continue de pousser ses pions sur l’échiquier de la communication associée aux infrastructures et autres projets publics comme privés.

Vincent Baculard a de la suite dans les idées. Et une stratégie au long cours qu’il déploie pas à pas. À l’occasion des 30 ans de Rouge Vif, multi-spécialiste du conseil, le groupe poursuit son développement avec le rachat de deux agences spécialisées. Une opération qui fait suite à la reprise de Junium fin 2016. « Nous continuons notre politique d’acquisitions avec le rachat de 100 % des parts de Blue Okapi et Technoscope », se réjouit le président du groupe. Soit une agence de production audiovisuelle d’une quinzaine de personnes qui rejoint les équipes situées à Wagram, tandis que les cinq salariés de Technoscope rallient de leur côté le pôle rédactionnel, localisé à Versailles.

Nouvelle offre globale

Objectif affiché : « développer la production de contenus dans différents types de domaines scientifiques et techniques tels que l’énergie, le développement durable, l’industrie ou encore les infrastructures », développe Vincent Baculard, évoquant désormais une « capacité de production annuelle de plusieurs centaines de vidéos ». En ligne de mire, la volonté d’accompagner au maximum « depuis la réflexion stratégique jusqu’à la communication sur le terrain » les nombreux clients du groupe sur leurs projets. Des projets publics comme privés, qui prennent des formes aussi variées qu’« une nouvelle ligne de tramway, une déviation d’autoroute, un site industriel, une carrière… ». Pour parvenir à ses fins et faire connaître au marché l’élargissement de son savoir-faire, Rouge Vif s’apprête donc à formaliser une nouvelle offre globale. « Nous mobilisons dans ce cadre un ensemble d’expertises qui n’existe pas à l’heure actuelle dans un même groupe », avance le président de Rouge Vif, qui entend notamment faire de l’acceptabilité des projets industriels et des infrastructures une « démarche heureuse pour les entreprises et les territoires », tout en renforçant « l’accompagnement du porteur du projet technique ».

Devenir acteur de référence

Première de ces compétences mobilisées, « la réflexion stratégique portant sur la problématique du risque et le moyen de mobiliser les parties prenantes à l’échelle locale ». Viennent ensuite « la capacité d’information et de vulgarisation technique et scientifique » (supports print, web, vidéo…) mais aussi tous les outils ayant trait à « l’écoute des populations et des parties prenantes » par le biais du pôle concertation. À cela s’ajoutent la capacité d’organiser des événements et la compréhension terrain avec les visites de sites industriels et autres infrastructures, dont la mission est assurée par le pôle communication pédagogique, composé d’un réseau de 50 conférenciers en région. De quoi continuer à gagner des parts de marché pour Rouge Vif, qui compte déjà « près de 600 missions pour les territoires à son actif », à l’image de celle récente menée pour le compte de la métropole de Rouen – projet de PLU [plan local d’urbanisme] métropolitain. « Nous avons vocation à devenir l’acteur de référence sur le marché français, où 15 à 20 agences se positionnent sur la concertation au sens large », conclut Vincent Baculard.

28/09/2018 – par Sorlin CHANEL

© Copyright Stratégies